Les seules vraies différences entre les actions et le FOREX !

Day trading contre position trading

Il existe une subtilité qui différencie vraiement les actions des devises. Il s’agit du roll over. Si vous vous lancez comme day trader Forex et débouclez systématiquement vos positions avant la fin de la séance, ce chapitre ne vous intéressera pas, car vous n’êtes pas concernés !
En revanche, tous les intervenants qui ont pour habitude de tenir leurs positions plus de 24 heures ont intérêt à « imprimer » la situation, car ce point technique est vital.


LES TAUX D’INTERETS SONT PAYES QUOTIDIENNEMENT CHAQUE SOIR.

Le différentiel est donc de 2,50% en faveur du dollar (5,25% - 2,75%).

Si vous vendez de l’euro pour acheter du dollar, vous PERCEVREZ ce différentiel de taux, soit un rendement annuel de 2,50% ou 1/365 de 2,50% chaque soir (soit 0,0068%). C’est normal puisque vous achetez une devise qui vous rapporte 5,25% mais vous vendez et payez l’intérêt d’une deuxième devise qui elle coûte 2,75%.

Inversement, si vous jouez la hausse de l’euro contre le dollar et que vous détenez en conséquence pendant plusieurs séances cette position, VOUS PAIEREZ le différentiel de 2,50% ! Vous aurez ce qu’on appelle un coût de portage

0,0068% par jour est symbolique ?

Oui mais, l’effet de levier amplifie le phénomène. Imaginons que vous ouvriez un compte SILVER de 2500 euros, soit le minimum chez RealTime Forex en courtage chez avatrade. La position minimale est de 10.000 euros. Nous l’avons vu dans le chapitre sur l’effet de levier, cela donne un effet de levier de 4. Les 0,0068% deviennent donc 0,0272% d’intérêts en étant multiplié par 4. Je vais bâtir un petit scénario de marché imagé afin de faciliter la prise de conscience du phénomène.


Sur le graphique précédent (http://bourse.lesechos.fr/forex/dossiers/Comprendre_le_marche_du_Forex/comprendre-le-marche-du-forex-412032.php), l’EUR/USD congestionne à l’horizontal au mois de mai 2006. Vers le 8 juin, le support de cette zone située au milieu sur le graphique est enfoncé. A la suite de ce break, aucune accélération en tendance baissière n’a lieu. A la place, un nouveau canal horizontal durant le reste du mois de juin se créé.


A l’intérieur de ce range, tout à droite, l’EUR/USD remonte vers l’ancien support devenu résistance à la fin du mois de juin, en haut finalement de la deuxième aire de congestion horizontale.

Un grand classique du point de vue l’analyse chartiste.

Imaginons pour les besoins de ce chapitre que nous vendions en contre tendance l’EUR/USD à ce niveau de 1,2675 afin de jouer une poursuite du canal horizontal.

Nous anticipons donc un retour des cours vers les points bas du deuxième range situé à droite de notre exemple.

A partir de cette stratégie, nous allons simuler trois types de positions vendeuses en variant les effets de levier.

La première se contentera d’un levier 4.

La deuxième hypothèse utilisera un levier 15 tandis que la troisième prendra l’effet maximal autorisé à savoir 50.